FAQ


A quoi sert un certificat électronique ?
Dans une conjoncture marquée par l'avènement de la dématérialisation, le certificat électronique s'impose progressivement comme une nouvelle référence pour les entreprises du bâtiment ou des travaux publics (BTP).

Le certificat électronique est en réalité une pièce d'identité sur internet, qui contient de nombreuses informations personnelles et/ou professionnelles : nom de la société, numéro d'immatriculation RCS, etc...

Ce certificat électronique s'avère impossible à falsifier, et permet donc à l'entreprise du BTP utilisatrice de s'identifier sur le Web. La principale utilité reste l'authentification des documents échangés sous forme dématérialisée, en permettant de confirmer l'intégrité du document et sa conformité avec la version initiale. Il est à noter que le certificat électronique reste considéré comme un élément d'identité numérique, et ne peut pas, par conséquent, être utilisé par une autre personne ou organisation que son titulaire.

Le certificat électronique est généré par une autorité de certification, puis délivré par une autorité d'enregistrement, à l'instar de CertEurope. Cette authentification se destine à plusieurs applications : envoi d'e-mails signés, diffusion et suivi d'un document en ligne, accès sécurisé à certains sites. Dans le secteur du BTP, le certificat électronique vise principalement à accéder et à répondre aux télé-procédures mises en place par les administrations, ou à répondre aux appels d'offres dématérialisés.

On distingue 3 classes de certificats électroniques, en fonction de leur niveau de sécurité :
  - classe 1 : pas de contrôle sur l'identité de son détenteur ;
  - classe 2 : contrôle sur pièces, avec nécessaire preuve d'identité ;
  - classe 3 : présentation physique du demandeur nécessaire ;
  - classe 3+ : identique à la classe 3, mais comprend en outre un support physique (clé USB, ou carte à puce).

L’objectif d’un certificat opéré par CertEurope est de proposer une solution sécurisant les flux dématérialisés.